Brûlée vive - Souad

Publié le par Kidae





Présentation de l'éditeur
: Brûlée vive parce qu' « on » l'avait vue parler à un garçon ! Souad est née en Cisjordanie. Très tôt elle a appris que la vie des filles ne comptait pas. Sa mère a mis au monde un seul garçon, au milieu de plein de filles. Dès qu'une fille naissait, elle la tuait. « Avec une couverture en laine, elle l'étouffait. Je l'ai vu de mes propres yeux, murmure Souad. Cela se faisait devant tout le monde » Cette mère mariée à 14 ans avec un homme de 40, il ne parlait jamais. Soumise, elle travaillait sans cesse. Les filles travaillaient, dès leur plus jeune âge, sous l'autorité d'un père violent. Un soir, alors qu'elle a 17 ans, enfermée dans une pièce de la maison familiale, elle entend la voix de son père. Elle doit mourir, dit-il. Personne - ni sa mère, ni ses sours, ni son frère- ne bronche. L'honneur de la famille est souillée, martèle le père, un voisin affirme qu'il l'a vue parlez avec un garçon et la rumeur commence à se répandre. Selon la tradition, il faut la tuer au plus vite puis exhiber son cadavre : l'honneur sera lavé . Qu'est-ce que le crime d'honneur ? L'assassinat par les parents de leur fille soupçonnée de n'être plus vierge. 10 000 jeunes filles sont tuées chaque année dans le monde par leurs parents, pour venger l'honneur familial. Moyen-Orient, Pakistan, Brésil, Nigeria .la liste est longue des pays qui tolèrent cette coutume sociale, car la foi ne punit, pas les assassins du crime d'honneur. Souad est la seule survivante connue, victime directe de crime d'honneur, elle accepte aujourd'hui de témoigner pour que nous prenions conscience de l'horreur de ces crimes d'honneur impunis ; pour les filles victimes de cette atroce coutume. Au risque de sa vie. si sa famille apprend que Souad est en vie, il lui faudra absolument la tuer, maintenant.

Mon avis : Ce livre est dur mais je crois qu'il est important de le lire. Des femmes prennent le risque de témoigner pour informer le monde des atrocités qu'elles subissent. Il est important qu'on prenne le "risque" de le lire, le risque parce que c'est dur (surtout de voir comment les filles sont traitées, les animaux sont mieux traitées qu'elles), c'est atroce, on se demande pourquoi, comment, on se dit, ce n'est pas possible, mais si c'est possible, ça existe. Et il est important de savoir que naître fille dans certains villages de notre monde signifie une vie de souffrance et d'humiliation.





 


Publié dans Documents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clochette 17/12/2006 00:24

Les élèves de mon lycée pro se l'arrachent !