Totto-Chan : la petite fille à la fenêtre - Tetsuko Kuroyanagi

Publié le par Kidae





Présentation de l'éditeur : simple comme un haïku, belle comme un cerisier en fleurs, pleine d'espérance comme une petite fille de 6 ans, cette histoire vraie offre un regard clairvoyant sur les enfants et l'école. Tokyo, début des années 1940. Tetsuko, alias " Totto-chan " mène la vie dure à son institutrice... jusqu'à se faire renvoyer de son école primaire, peu de temps après y être entrée. Ses parents l'inscrivent alors à Tomoe, petite école éprise de liberté où de vieux wagons font office de salles de classe. A Tomoe, l'expérience de la vie est aussi importante que les leçons. Et grâce à son directeur atypique, Totto-chan réapprend à respecter les autres et à se respecter elle-même. Elle prend goût à l'étude, assume ses échecs et gagne en autonomie ; écrit des haïkus, rêve de danser " Le lac des cygnes "... Mais elle comprend aussi ce qu'est le racisme, l'intolérance, et découvre la guerre.

Mon avis : une pure merveille. J'ai adoré ce livre. Un lecture très intéressante tant en tant que maman qu'en tant qu'instit' (que je suis). Ce livre est d'autant plus fort qu'il s'agit d'une histoire vraie. Plusieurs fois au cours de ma lecture, j'ai vérifié qu'il s'agissait bien d'une histoire vraie, tant ce que j'y ai lu m'a paru extraordinaire. Chapeau à ce directeur qui a su laissé à ces enfants suffisamment de liberté pour qu'il s'épanouissent et révèlent le meilleur d'eux-mêmes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gros blanc 11/06/2008 11:03

Bonjour, j'ai lu ce livre et il est facile à lire. J'ai bien aimé l'histoire et les messages qu'il transmet. Ce livre est empreint d'humanisme.

Kidae 24/06/2008 10:26


Ce livre est toujours sur ma table de nuit. J'aime en lire des passages de temps en temps.


luunah 23/11/2007 15:25

Je me permet de rebondir sur le style du livre que beaucoup trouvent trop simple ( en effet bcp autour de moi ont fait ce commentaire)Personnellement, je trouve cette simplicité de bon ton car le directeur de l' école ne cherchait pas à éveiller l'enfant par le biais d'un tas de chichi pédagogiques inutiles - que seuls les adultes sont parfois capables d'assimiler - mais en procédant via une démarche simple : entrenir la magie de l'enfance pour permettre à ces derniers de mieux assimiler certains savoirs. L'instituteur se devait donc d'agir de façon simplifiée; ce que le style du livre reflète; avec ses mots d'enfant. Comment l'auteur qui se place en tant qu'enfant et qui a cherché à montrer que l'enfance dans sa plus grande simplicité pouvait ouvrir des tas de portes, aurait-il pu le faire en utilisant un tas de phrases complètement alambiquées? Le style aurait alors été à l'encontre même du message passé par cette histoire.Pour ma part, j'ai donc aimé ce style simple, car je trouve que bien loin de faire de ce livre un récit simpliste, il met en valeur la réflexion menée, ce, en la soulignant. heu...voilà je crois avoir tout dit ...je pense qu'il est inutile de rajouter que j'ai adoré ce livre!!! lol

Kidae 05/12/2007 16:02

que dire de plus... rien, tu as bien résumé l'esprit de ce livre.

cemavi 11/07/2007 13:39

je l'ai lu aussi, je suis une fana de littérature japonaise, j'ai beaucoup aimé l'ambiance et l'histoire de ce livre, mais je l'ai trouvé un peu trop simple à mon gout

Kidae 13/07/2007 14:24

Je n'ai lu que 2 livres de littérature japonaise : celui-ci et Les dimanches de M. Ushioda de Yasushi Inoué que j'avais adoré. 

Florinette 19/03/2007 14:46

Je trouve la couverture de ce récit très mignonne et ton résumé me donne envie d'en savoir davantage sur ce livre ! ;-)

Kidae 20/03/2007 15:06

C'est vrai que la couverture est belle, en pluselle est toute douce, très agréable au toucher. :-)